×

Imprimer
Aujourd’hui dans la production de contenus il est essentiel de réaliser du contenu vidéo en plus du contenu photo. Il est donc nécessaire de savoir comment agencer tout cela. C’est ce que nous allons voir maintenant.

Première partie à réaliser, le synopsis. Il résume l’idée en quelques lignes : sur quel thème, pour quelle cible
Deuxième, le scénario qui détaille l’histoire. C’est l’écriture des différentes scènes, dialogues, jeu d’acteur…
Puis vient le découpage technique. Il se fait plan par plan. Comment va-t-on filer ce plan ?
Image : angle, mouvement, focale…
Son : direct, ambiance…
Lumière : naturelle, travaillée, artificielle…
La partie 4, c’est le repérage. C’est le contrôle des possibilités réelles de tournage :
Obtenir toutes les autorisations (droit à l’image, filmer dans les lieux publics, privés…)
La lumière : contre-jour, lumière parasite, variation selon l’heure de la journée,
Recul suffisant
Raccordement électrique
Ambiance sonore : nuisance périodique, permanente…
Sécurité du matériel…
En cinquième position, l’écriture du plan de tournage avec la préparation minutieuse du tournage : constitution des équipes, préparation du matériel…
Puis vient le tournage. On filme ce qui est prévu et écrit.
Ensuite le montage. C’est la réorganisation et l’assemblage des plans tournés, suivant le scénario.

Le scénario

C’est le déroulement détaillé du film, ou du spot, l’écriture des différentes scènes ou séquences. Chaque scène est mise en situation, avec des indications précises sur l’action, les personnages, les dialogues, le tout en style direct. Les indications peuvent être à l’intérieur du texte ou dans la marge, en regard, lorsqu’elles sont trop volumineuses. Les caractéristiques des personnages sont souvent très détaillées.

Organisation du récit : le récit comporte trois temps principaux.

L’exposition

Elle fait entrer le spectateur dans le récit, donne le maximum d’indications dans un minimum de temps (1/4 du temps total), présente le personnage principal, situe le récit, pose les bases de la situation dramatique.

Le conflit

Il raconte l’histoire. Le spectateur doit être tenu en haleine (1/2 du temps total)

Le dénouement

La résolution de la situation dramatique
Fin fermée où tout est résolu
Fin ouverte, c’est au spectateur d’imaginer la conclusion.

Le story board

Objectifs : Montrer les spécificités d’un story board et sa fonction
La numérotation des images : plusieurs images correspondantes à un même numéro constituent un même plan. Chaque changement de plan correspond à un changement de numéro. Les mouvements de caméra sont notés en dessous des images, les travellings symbolisés par une flèche qui réunit les images appartenant au même plan.
Pas de paroles mais une voix off dont les paroles sont transcrites en dessous de l’image.
Notion de zoom
Les différents plans : large, gros plan, plan serré

Utilité d’un story board

A qui est-il destiné ? A quoi sert-il ?
Il est destiné aux techniciens qui travaillent sur le film et au metteur en scène. Il permet d’organiser le travail entre les différents intervenants qui savent ce qu’ils vont avoir à faire et peuvent préparer le matériel dont ils ont besoin. Pas vraiment utile aux acteurs.
A l’origine, les pages de story board étaient affichées sur un mur (d’où le nom) et permettaient de suivre l’histoire.

Share